AccueilProspectivesÉtudes d'aujourd'hui. Un genre d'exploration <

Études d'aujourd'hui. Un genre d'exploration

Le genre musical de l'étude reste vivant en ce début de XXIe siècle - tout récemment grâce à Unsuk Chin (pour piano) ou Enno Poppe (pour violon), parmi d'autres. Parallèlement, l'effectif soliste et électronique s'est avéré, depuis les années 1970, le format de musique mixte [1] le plus pratiqué (de Stockhausen à Boulez en passant par Stroppa, Maresz et nombre de jeunes compositeurs). En revanche, on chercherait en vain une tradition d'"études pour soliste et électronique" où la difficulté technique à explorer musicalement se situerait précisément à l'articulation entre l'interprète et la technologie.

Pour susciter ce type de croisement sans précédent notable mais chargé d'histoire, l'Ircam a passé commande de telles études à plusieurs compositeurs. Le festival Agora en donne à découvrir les premiers résultats, avec des œuvres de Gervasoni et de Naón. Comprendre les enjeux esthétiques de leur travail suppose de faire retour sur quelques démarches exemplaires du siècle dernier.

Cahiers & séries

L'usage veut que l'on pense les études par cycles (comme le note Joël-Marie Fauquet) ou encore par cahiers. Lorsque Ligeti publie en 1985 un recueil de six Études pour piano, il le sous-titre "Premier livre", s'inscrivant programmatiquement dans la lignée des Douze études pour le piano de Debussy (en deux"livres"). Debussy, quant à lui, faisait signe vers les études de Chopin. Si ces deux compositeurs assignaient à chaque étude le labourage d'un point particulier de technique pianistique, Ligeti a une démarche un peu différente : les spécificités idiomatiques de l'instrument et les limitations naturelles de la main servent plutôt d'aiguillons pour identifier des problèmes de composition qui définiront véritablement l'unité de chaque pièce. Du pianiste-compositeur Chopin au compositeur - mais pianiste amateur - Ligeti, les impératifs de l'écriture ne se confondent plus avec la puissance créatrice de l'improvisateur. Ils déterminent, ce faisant, une nouvelle forme de virtuosité.

À l'écart de la tradition XIXe et à proximité de la modernité picturale, d'autres "études" abordent la question de la série - reprise indéfinie d'une figure, d'un problème, d'un matériau. On peut entendre ainsi les Sequenze (1958-2002) de Luciano Berio : chacune des quatorze pièces est consacrée à un instrument différent dont elle exploite les possibles organologiques et la capacité à connoter un répertoire. Plus près de nous, Michael Jarrell (par ailleurs orchestrateur de trois Études de Debussy), qualifie ses Assonances de "cahiers d'esquisses" lui permettant de se concentrer sur une idée.

Études électroniques & mécaniques

Les premières compositions réalisées avec l'outillage des studios de radiodiffusion, après la deuxième guerre, étaient souvent baptisées "études". Cinq études de bruits (Schaeffer), Études de Boulez et de Barraqué, bientôt Elektronische Studien de Stockhausen : toutes ces réalisations témoignaient, par leur projet, d'un processus d'appropriation technique, d'une traduction de l'ingéniosité musicale en ingénierie ; par leur titre, elles se réservaient une certaine neutralité esthétique initiale face à un univers sonore que les pionniers eux-mêmes hésitaient à nommer "musique".

À travers cette extension, le genre aurait pu entrer en crise : l'étude conçue par et pour des machines à sons atteint son auditeur sans aucune re-création par la virtuosité d'un interprète. Mais cet apparent paradoxe nous rappelle simplement que l'étude, avant d'être éventuellement l'objet de travail d'un instrumentiste, est d'abord l'aboutissement d'une période d'étude (de la lutherie) pour le compositeur... Pensons aux Studies for Player Piano (1948-1992) de Conlon Nancarrow, admirées par Ligeti. Ces piano rolls pour piano mécanique semblent d'abord faire exploser les limites de virtuosité auxquelles les pianistes humains nous ont habitués ; mais il s'agit bien plutôt pour le compositeur d'explorer sans relâche les capacités expressives exceptionnelles d'un instrument sous-estimé, jusqu'alors dépourvu d'un répertoire propre.

Nouveaux terrains

Pour les compositeurs du siècle dernier, l'"étude", contrairement à la "sonate" ou au "concerto", n'aura pas été seulement un genre musical hypercodifié par l'histoire. Elle aura été, tout autant voire davantage, un terrain - friche, terrain vague, parfois terre vierge - pour expérimenter le rendement musical d'une technologie donnée.

Surdétermination historique, ouverture à l'imprévisible par un processus d'expérimentation : on retrouvera ces deux dimensions dans les études récemment composées par Stefano Gervasoni (*1962) et Luis Naón (*1961). Dans Altitude, la première étude pour alto et électronique de Gervasoni, l'instrument est pleinement lui-même et l'interprète jongle sans cesse entre les deux cordes les plus éloignées (cordes de do grave et de la aigu) ; avec Solitude puis Similitude, l'électronique prend de plus en plus d'importance au point de mettre en crise la correspondance entre le son produit et l'instrument producteur de son. Quant aux Caprices pour violon et pour clarinette basse de Naón, ils sont certes l'aboutissement d'une sérieuse phase d'étude du logiciel Modalys [2] (ici exploité à la fois dans la préparation des sons de synthèse et dans le traitement en temps réel de l'instrument soliste). Mais ils se réfèrent en même temps à la tradition pyrotechnique des Caprices de Paganini, dont ils retiennent les effets d’obstination - d'une façon d'ailleurs non exempte d'humour, à travers leur insistance sur la figure du virtuose dans l'arène.

  1. Musique associant des parties instrumentales et des parties électroacoustiques (sons enregistrés sur bande magnétique et/ou traitement du son "en temps réel", au fur et à mesure de son exécution).
  2. Logiciel de synthèse du son par modèles physiques, créé et développé par l'équipe Acoustique instrumentale à l'Ircam.

Commentaires

Aucun commentaire n'a été soumis pour cet article.

Commenter cet article

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaîtront pas sur ce site tant qu'ils n'auront pas été approuvés.
Prénom *
Nom *
Email *  ne sera pas rendu public
Veuillez entrer ici le mot ou le nombre tel qu'il apparaît dans l'image. Ceci vise à prévenir les abus.*.Si vous ne pouvez lire toutes les lettres ou chiffres, cliquez ici. Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive
Commentaire *