AccueilProspectivesConsidérations (...) > Les partitions virtuelles <

Les partitions virtuelles

J'ai donné à ce terme la définition suivante : une partition virtuelle est une organisation musicale dans laquelle on connaît la nature des paramètres qui vont être traités, mais pas toujours la valeur exacte qu'ils vont recevoir le moment voulu. Une partie de ces paramètres sera fixe et ne changera pas d'une interprétation à l'autre [1], une autre sera influencée par la captation d'événements extérieurs (un micro, par exemple), qui sera analysée et traitée suivant certaines règles de composition. En ce sens, toute partition ne peut qu'être virtuelle puisque son rôle est d'être interprétée et de ne jamais être reproduite de manière identique. Voici quelques exemples de partitions virtuelles, dans lesquelles la musique se crée par le mariage de paramètres déjà inscrits dans la mémoire de la machine avec d'autres, qui proviennent de l'analyse en temps réel du son instrumental pendant le concert.

Lorsque j'ai composé Pluton, pour piano et électronique, en 1987, j'ai conçu des partitions dans lesquelles j'ai déterminé seules les hauteurs des sons de synthèse. Un suiveur de partitions permet de passer d'une configuration harmonique à une autre en se synchronisant avec le jeu du pianiste. Tous les autres composants sonores, nécessaires à la création des sons de synthèse, sont déduits de l'analyse du son du piano pendant l'exécution de l'œuvre. L'ordinateur effectue, au moment où joue le pianiste, une sorte de « film », constitué d'une succession rapide de petites « photographies sonores », dans lesquelles sont représentées les énergies sonores du piano, c'est-à-dire la répartition des sons en composants graves, médiums et aigus à chaque instant. Ces énergies sont appliquées à la liste des harmonies, fixées au préalable dans la mémoire de la machine. La musique de synthèse produit alors une musique dont les composants harmoniques diffèrent de ce que joue le pianiste, mais dont la distribution des énergies dans le spectre reproduit celle du piano. Les différentes attaques des sons, leurs durées, leurs intensités, le jeu des pédales et les résonances viennent nourrir, en temps réel, l'ordinateur qui applique l'image sonore du piano, dans toutes ses évolutions spectrales et temporelles, sur les sons de synthèse. La partition du pianiste est écrite avec suffisamment de liberté rythmique pour que ce dernier puisse, à son tour, réagir à ce que produit la musique de synthèse. Il y a donc une interactivité de part et d'autre.

Dans une autre section de cette même œuvre, le pianiste joue une « toccata » comme une sorte de perpetuum mobile dont chaque note est analysée en termes de hauteur, durée et intensité. La machine reproduit, en temps réel, ce que joue le piano tout en y introduisant des variations d'ordre des notes, suivant le principe des chaînes de Markov et dans une boucle infinie. À divers endroits, le pianiste intervient et, selon son jeu, cette « toccata » électronique change de timbres, de registres, se contracte, s'étire et, pour finir, se fige en grands accords jusqu'à ce qu'elle meure. J'ai utilisé un procédé similaire dans Neptune, pour trois percussions et électronique, composé en 1990. La machine produit un autre perpetuum qui va être découpé en séquences de proportions diverses par les instruments. Selon le niveau dynamique qu'un des joueurs de vibraphone produit, ces séquences découpées varieront en longueurs, tempi et intensités. Dans ces deux cas, c'est par l'analyse de l'interprétation que cette forme de musique électronique se crée. Il s'agit de la distorsion du temps mécanique de la machine par le temps flexible de l'interprète humain.

Dans En écho, pour soprano et électronique, composé en 1991, une petite partie des paramètres nécessaires à la production des sons de synthèse, est déterminée en valeurs absolues dans le programme. L'ordinateur effectue une analyse en temps réel des variations de hauteurs et d'intensités des formants de la voix de la chanteuse et transmet instantanément le résultat au programme de synthèse. Les formants étant ce qui caractérise les différentes voyelles, les sons de synthèse produisent des harmonies complexes, mais dont le timbre épouse celui des voyelles chantées et de leurs transitions.

Enfin, dans Partita I, pour alto et électronique, composé récemment en 2006, j'ai utilisé une méthode qui permet de mesurer l'accélération d'un mouvement d'archet sur les cordes. La musique de synthèse, lorsque le soliste ne joue pas, n'est qu'une sorte de « bain sonore » tournoyant lentement sur lui-même dans un registre medium. À chaque poussée de l'archet, certains de ces sons sont propulsés dans un registre aigu tout en opérant une accélération continue de leurs rotations. Plus la poussée est forte, plus les sons accélèrent leurs tournoiements et plus ils parviennent dans les régions suraiguës. Ici, c'est l'énergie physique du soliste qui est convertie en énergie de propulsion sonore, comme lorsqu'on lance des toupies volantes en l'air.

Dans tous ces cas, la part déterminée de la musique de synthèse est réduite, car l'essentiel des composants provient de l'analyse en temps réel du signal instrumental ou vocal. Il est important de souligner que c'est grâce à la nature fondamentalement indéterministe de l'interprétation que ces configurations peuvent avoir lieu. L'ordinateur est capable d'analyser cent vingt-sept manières différentes d'attaquer une note sur le piano, et il serait utopique de demander au soliste de jouer précisément une valeur exacte. Je lui indique, tout au plus, un champ mezzo forte sachant que la valeur absolue interviendra lors de l'analyse du son. De la même manière, il serait « inhumain » de demander à une chanteuse de poser les formants de sa voix sur une fréquence précise. Je compose une mélodie sur un texte, sachant que la machine analysera tous les contenus sonores des voyelles et produira la musique de synthèse en fonction de la manière dont cette chanteuse articulera sa partie vocale. Enfin, je ne connais pas à l'avance la durée exacte des poussées d'archet qui propulseront les rotations sonores dans l'aigu, mais j'ai déterminé que dans tels champs de durées, les sons auront un comportement dont je peux prévoir les contours généraux. Il n'y a pas d'improvisations dans ces partitions virtuelles, mais une analyse précise des conditions, toujours vastes, de l'interprétation. L'idée d'un rapprochement de ces deux formes que sont musique instrumentale et électronique trouve son plus grand intérêt dans l'intégration des phénomènes d'interprétation d'un écrit. C'est ainsi que je parviens à donner à la musique électronique la possibilité d'être interprétée. À tout moment cependant, je peux décider que tel paramètre sera déterminé au préalable et non plus influencé par des événements extérieurs. Ce sont des « verrous » que l'on peut ouvrir ou fermer. Lorsque tout est ouvert, nous sommes dans un monde proche de celui des improvisateurs, lorsque tout est fermé nous retrouvons les conditions de notre vieille bande magnétique. D'un extrême à l'autre nous naviguons entre rigueur et liberté, intuition et construction, mais c'est le subtil dosage des échanges entre toutes ces catégories qui me semble le plus fécond.
S'il est possible de construire des structures sonores dotées d'un grand pouvoir de réactivité au jeu instrumental, on perçoit encore une grande résistance à la réunion des musiques acoustiques et électroniques dans un temps musical commun. Une frontière semble encore opaque entre ces deux conceptions temporelles et qui tient à la nature même du contrôle du temps dans la musique. La raison en est que l'être humain utilise des moyens plus visuels que sonores dans ce qui constitue certainement l'élément majeur du contrôle musical du temps : la possibilité de prédiction.

  1. Dans la plupart de mes œuvres électroniques, la notion de « temps réel » se vérifiera cependant toujours, car les procédés de synthèse que j'utilise ont tous en commun de n'être pas des enregistrements préalables mais d'être calculés au moment même où je le décide dans le cours de l'œuvre. Même si certains de ces paramètres ont le statut de valeurs fixes, ils ont la possibilité d'être modifiés pendant les répétitions pour s'adapter aux conditions acoustiques de telle ou telle salle de concert. Il s'agit d'un temps réel technologique mais pas musical.