AccueilProspectivesConsidérations (...) > Peut-on inventer une véritable notation pour la musique de synthèse ? <

Peut-on inventer une véritable notation pour la musique de synthèse ?

Il s'agit d'un vieux rêve auquel se sont attelés beaucoup de compositeurs. Stockhausen a poussé la précision de la notation de la musique électronique fort loin dans des œuvres telles que Kontakte ou Telemusik. Mais l'écrit, dans ces conditions, n'a pas le même statut que celui qui gouverne la pratique instrumentale, car il intervient après le processus de composition, comme une notation a posteriori. En ce sens, il est exhaustif et ne nécessite aucun complément oral. J'ai souvent pensé que l'écriture musicale était l'une des plus merveilleuses inventions de l'humanité. Elle est tout à la fois un langage symbolique, un outil conceptuel, une méthode de mémorisation, un système d'interprétation, un moyen d'écoute et un support de la pensée. À quoi ressemblerait une écriture nouvelle pour la musique de synthèse qui permettrait également d'être un outil puissant pour la composition ?

Avec Miller Puckette, à l'université de San Diego en Californie, nous nous sommes à nouveau penchés sur cette question. L'idée première était de limiter au maximum toute représentation de style numérique au profit de systèmes purement graphiques. Ainsi pourraient être dessinés des valeurs fixes, des courbes représentant des évolutions temporelles, des profils dynamiques, des glissandi, des niveaux d'entrée d'un son dans des modules de traitement, des évolutions de paramètres, etc. Un tel outil pourrait être complété par une bibliothèque de fonctions permettant d'opérer des transformations, des étirements, des contractions, des transpositions, des duplications, le tout étant unifié dans le même type de représentation. Il nous est d'abord apparu que, vu l'énorme quantité de paramètres qu'il nous faudrait représenter, une meilleure solution consisterait à garder la représentation numérique pour toute valeur qui ne serait pas variable dans le temps. Ensuite, de nombreuses questions se sont posées. Comment représenter des évolutions micro-tonales dans un système de coordonnées cartésiennes (les hauteurs en abscisse et le temps en ordonnée) tout en conservant la lisibilité de toutes les voix ? Comment écrire chaque voix, comportant elle-même une grande quantité de paramètres, sur une seule « partition » ? Jusqu'à quel point peut-on intégrer la notation musicale traditionnelle et comment l'unifier avec une notation différente dans les cas où cette première serait insuffisante ? Comment exprimer le temps d'un événement qui nous est connu (lorsqu'il est fixé comme dans le cas d'une bande magnétique) par rapport à un autre qui ne l'est pas (lorsqu'il doit être déterminé par l'interprétation) ?

Ce sont là des interrogations qui sont encore devant nous. Mais il me semble évident qu'un tel outil permettrait de résoudre de nombreux problèmes, ceux, principalement, qui concernent les structures de temps comme les changements et les variations de tempi.