AccueilSur le vifStockhausen au-delà... > 1re période : du pointillisme à la Gruppen-Form <

1re période : du pointillisme à la Gruppen-Form

Dans les années 50, Stockhausen fut, avec Boulez, le compositeur de la « tabula rasa ». La découverte de l'œuvre radicale d'Anton Webern sert de modèle. L'un et l'autre inventent l'idée de la série généralisée en partant d'une petite étude pour piano de leur maître Messiaen. Boulez compose son premier livre de Structures pour deux pianos, et Stockhausen son Kreuzspiel. Il faut ici rappeler que les cours de Darmstadt qui furent le lieu de naissance de ce que l'on a appelé la « série généralisée » ont été très brefs, tout comme le nombre d'œuvres créées avec cette technique. Pour rétablir une fois pour toutes la vérité historique, l'un comme l'autre ont abandonné très vite cette méthode trop contraignante. Il ne sert donc à rien de se gausser d'un terme - comme on le fait souvent - qui n'aura eu qu'une durée de vie très limitée. La théorie de la série généralisée n'aura jamais la même aura que celle de la relativité généralisée ! De cette période naîtra, entre autres, Kontrapunkte, premier chef d'œuvre de facture extrêmement rigoureuse, voire classique dans le traitement instrumental. Mais tandis que Pierre Boulez porte son intérêt à la fois sur des textes poétiques (Char, Michaud, Mallarmé) et sur une remise en question des formes classiques (Deuxième sonate pour piano), Stockhausen s'engage dans la voix d'une théorie formelle, radicale, mais extrêmement fertile et puissante. La musique de cette période, issue du pointillisme webernien (série généralisée oblige), se devait de dépasser ce stade d'expression pour créer des formes plus perceptibles. Ce sera, pour Stockhausen, la conception de la Gruppen-Form dans laquelle - influencé en cela par la Gestallt Theorie - le tout est supérieur à la somme des parties. La musique est alors constituée de groupes formels ayant des morphologies précises et perceptibles, et non plus de points isolés dans l'espace, identifiés par ce que l'on a appelé, en vertu d'une vague analogie mathématique, leurs paramètres (hauteur, durée, intensité, timbre). Les principes qui régissent ces groupes, et qui n'ont rien à voir avec la théorie mathématique du même nom, conduisent à l'élaboration de formes absolument nouvelles car les principes de développement, de tension, de détente, de transition, de progression, etc., n'ont plus du tout la même valeur. Il s'agit d'une musique très dense, discontinue, souvent pulsionnelle, mais obéissant à une logique interne très forte.

Avec une rapidité, une inventivité et une imagination confondante, Stockhausen enchaîne création sur création, parmi lesquelles la série des onze Klavierstücke. Si ces pièces sont comme des laboratoires des œuvres de plus grande ampleur qu'il composera à la même période, elles renouvellent néanmoins considérablement l'écriture pour piano. Les 4 courts premiers Klavierstücke ont fourni toutes les bases de la complexité rythmique dont un Brian Ferneyhough et ses nombreux élèves se feront plus tard les hérauts. Dans l'ensemble de ce cycle, guère de virtuosité démonstrative, mais un travail en profondeur sur les différents niveaux de résonances, les échelles de tempi, l'usage des harmoniques, l'introduction des clusters et des glissandi, le tout dans une conception renouvelée de la durée et des proportions, pour finir avec la musique aléatoire dans le célèbre Klavierstuck XI. Là encore, les chemins de Boulez et de Stockhausen se croisent, mais de là aussi naîtront leurs premières divergences. Boulez, avec sa Troisième sonate organise méticuleusement le parcours aléatoire en prenant comme références principales deux grands modernes de la littérature : Mallarmé et Joyce. Il critiquera vivement la position de son collègue allemand qui accepte, dans ce jeu de hasard, qu'une musique notée avec une métrique rigoureuse, puisse être jouée dans des tempi totalement différents. Boulez lui objectera que cela reviendrait à jouer une symphonie de Beethoven deux fois plus vite ou deux fois plus lentement. C'est que le temps musical est désormais au centre des préoccupations des deux musiciens. Stockhausen adopte ici une méthode qu'il conservera toute sa vie : l'organisation des tempi dans une échelle logarithmique, à l'image des 12 sons de la gamme chromatique. Puisque les sons sont traités sériellemment, pourquoi pas les tempi ? Le Stockhausen de cette époque cherche à tout concentrer à l'intérieur d'une pensée unifiée. À la même période, il compose Zeitmasse pour quintette à vent. Si cette œuvre n'est pas parmi les plus captivantes du compositeurs, elle fournit un éventail impressionnant de toutes les possibilités de superposer des couches rythmiques dans différentes vitesses et différentes évolutions.

Le point culminant de ces expériences sera atteint avec l'œuvre que l'on peut certainement considérer comme, sinon le chef d'oeuvre des années 50, du moins celui de Stockhausen : Gruppen pour trois orchestres. C'est avec Gruppen que Stockhausen va intégrer toutes les techniques précédentes et, en premier lieu, celle des superpositions des tempi. Ici nous touchons à un trait curieux de sa personnalité. Je le formulerai sans ambages : les présupposés théoriques (très nombreux chez lui) qu'il construit en vue de l'écriture de ses partitions, s'avèrent très souvent faux et sans grandes conséquences sur la perception de sa musique. Mais il est un fait que ces approximations théoriques le conduisent à produire des œuvres d'une force esthétique extraordinaire. Gruppen nous en fournit un premier exemple. Regardons la situation. Stockhausen écrit un article qui fera date, Wie die Zeit vergeht... (Comment passe le temps...), dans lequel il expose ses nouveaux principes d'organisation du temps suivant une loi qu'il déduit de celle qui gouverne l'organisation des hauteurs. Stockhausen applique tout naturellement les principes d'organisation sérielle à tous les éléments de construction de sa grande partition pour 3 orchestres. Les tempi sont de ceux-là. D'un point de vue théorique, rien qui puisse heurter le bon sens. Les trois chefs battent des tempi différents, l'un accélère, l'autre ralentit, le tout étant organisé de manière très élaborée. Les divisions logarithmiques des tempi l'amènent à recourir à des indications d'une précision utopique telles que : la noire = 75,5 ou 113,5. [1] Cependant, la technique musicale qui prévalait à cette époque (sérialisme oblige...) évitait toute pulsation rythmique. Les structures musicales, composées souvent de différentes métriques superposées, sont jouées dans une vitesse, déterminée certes par un tempo, mais la perception des temps de la mesure étant bannie, celle du tempo demeure inexistante. Un extrait de cette partition fera bien comprendre ce problème :

Une autre approximation de représentation surgit lorsque Stockhausen évoque le modèle d'un spectre pour composer ses structures sonores. Le graphique suivant est une représentation d'un spectre sonore. Il s'agit d'une répartition de l'énergie sonore dans l'espace des hauteurs à un instant donné. En ordonnées sont représentées les amplitudes, et en abscisses les fréquences de hauteurs. Le temps n'est pas représenté puisqu'il s'agit ici d'un « instantané ». Les pics que l'on y voit représentent les fréquences qui contiennent le maximum d'énergie et que l'on appelle les « formants ». Au moment suivant, ces pics changeront de places.

Dans le graphique suivant, dessiné par Stockhausen, on voit des crêtes et des vallées, et cela pourrait effectivement évoquer la représentation de type spectral que l'on a vue plus haut, si ce n'est qu'ici, c'est le temps qui est couché en abscisse et non les hauteurs qui, elles, sont représentées en ordonnées. N'ayant aucune indication précise sur l'interprétation d'un tel graphique, on peut imaginer que les traits verticaux représentent les barres de mesures et les lignes horizontales les différentes couches rythmiques superposées. Les « trous » situés au milieu de la figure sont sans doute des silences. Dans l'échelle située à gauche de ce graphique, dont chaque barreau correspond à chaque ligne horizontale, figurent les divisions internes des temps dans chaque mesure. On voit ainsi la répartition de ces couches en suivant la série des nombres entiers de 3 jusqu'à 26. Cette série de divisions entières est évidemment inspirée par celle qui constitue la série des harmoniques d'un son. Stockhausen note curieusement en haut de l'échelle : « formant » alors qu'il ne s'agit que de divisions rythmiques. Certes, dans la réalité, chaque fréquence d'une série harmonique est elle-même une division du temps de la fréquence fondamentale, et il n'y a rien de choquant à vouloir prendre ce modèle pour l'utiliser dans une répartition rythmique. On retrouve ici la volonté du compositeur à tout unifier dans un même modèle. Mais ce graphique n'est rien d'autre qu'une fantaisie qui a certainement servi à élaborer un passage de Gruppen, mais n'est en aucun cas la représentation d'un spectre comme le compositeur le laisse entendre. Il s'agit d'une évolution de formes sonores dans le temps, tandis que la représentation spectrale, montrée plus haut, représentait un état sonore à un instant précis. Stockhausen avoue d'ailleurs très franchement que, composant cette partition à Paspels en Suisse, il ne s'est pas gêné pour dessiner les montagnes qui se trouvaient devant lui afin d'avoir des modèles de ce qu'il appelle curieusement des « spectres ».

Fundamental spectra over seven basic durations (Mountain Panorama at Paspels)

Nulle forme spectrale, ni formantique, ne sera audible dans cette œuvre, et ce modèle est utilisé ici de manière tout aussi arbitraire que l'ont été les tempi. L'édification théorique a ici valeur d'excitation plutôt que de fondation, tout comme le hashich de Baudelaire. L'essentiel est de s'en convaincre. Une carotte aurait aussi très bien pu faire l'affaire !

Il n'en demeure pas moins que, malgré ces approximations théoriques douteuses, et cette impossibilité à percevoir ce qui a servi à construire l'œuvre, Gruppen reste une des œuvres les plus fascinantes de tout le répertoire d'orchestre ; semblable à ce qu'on dû être, à leurs époques, l'Eroïca ou la Fantastique. Il s'agit de l'œuvre d'un compositeur de 26 ans dont l'expérience n'est certes pas très longue en matière d'écriture pour orchestre, mais dont l'intuition formelle et l'imagination sonore sont renversantes. Jamais auparavant on avait entendu de surgissements sonores aussi pulsionnels, de textures aussi complexes et organiques, de collisions et d'effondrements de structures qui s'entrechoquent dans un temps musical radicalement nouveau. Curieusement, ce serait du dernier Debussy que Stockhausen se rapprocherait le plus dans ce temps fragmenté, bien que tout semble les opposer sur le plan esthétique. Ligeti ou Xenakis produisent également des textures d'une grande richesse, mais obéissent à des principes formels beaucoup plus traditionnels (oppositions, contrastes, processus, progressions de registres...). L'impact de ces images sonores est décuplé par leur mise en espace : le public est au centre d'un immense triangle constitué par les trois orchestres. Stockhausen renouvelle ici une forme éminemment dramatique où se mêlent musique d'orchestre, musique de chambre et musique soliste, et dont la puissance reste encore aujourd'hui intacte. On sait que certaines sections de la partition ont été composées de manière libre et intuitive, et d'autres, structurées à l'extrême. Mais il est impossible de percevoir où commence la rigueur et où fini la liberté, tant la cohérence esthétique de cette œuvre est forte. Malgré l'utopie théorique qui lui sert de fondement, Stockhausen nous livre avec Gruppen une musique de tout premier ordre. Ce n'est pas le moindre des paradoxes que cet étonnant personnage nous réserve.

  1. Lors de la création de l'œuvre, sous les directions du compositeur, de Pierre Boulez et de Bruno Maderna, Stockhausen reproche à Maderna de diriger trop lentement un passage. « Parce que tu veux aussi le virgule cinq ! » lui rétorque alors Maderna. (Communication personnelle de Pierre Boulez)